OUARGLA – Le groupe Sonatrach et la compagnie pétrolière italienne Eni ont posé  samedi la première pierre du projet d'une centrale photovoltaïque de 10 mégawatts (Mw) à Bir Rebaa  Nord (Ouargla), qui entrera en service en décembre 2017.

Le P-dg de Sonatrach, M. Amine Mazouzi, et l'Administrateur délégué d'Eni, M. Claudio  Descalzi, ont procédé ensemble à la pose de la première pierre de cette centrale photovoltaïque afin  de produire une partie des besoins en électricité du champ pétrolier de Bir Rebaa Nord opéré par le  groupement Sonatrach-Agip (Agip est une filiale d'Eni).

Cette centrale photovoltaïque utilisera près de 32.000 panneaux solaires et s'étendra sur une  superficie de 20 hectares mitoyenne à ce champ et permettra d'économiser l'équivalent de 6 millions  de m3 par an de gaz.

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la collaboration entre Sonatrach et ENI, engagée par  l'accord du 25 novembre 2016, et la volonté des deux sociétés à coopérer dans le domaine de la  promotion et le développement des énergies renouvelables, explique-t-on.

Par ailleurs, ce projet comprend aussi la mise en place à proximité de cette future centrale  d'un laboratoire de recherche “intelligent” dédié aux énergies renouvelables pour développer et  tester de nouvelles technologies renouvelables dans les conditions réelles voire extrêmes du sud  algérien.

Pour rappel, le Programme national de développement des énergies renouvelables engagé par les pouvoirs publics prévoit une production d'ici à 2030 de 22.000 mégawatts d'électricité de sources renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 mégawatts (MW) supplémentaires à exporter.

Cet objectif permettra de réduire plus de 9% de la consommation d'énergie fossile à l'horizon  2030, d'économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit 63 milliards de dollars sur 20 ans.

Jusqu'à présent, le secteur a réalisé 400 Mw à partir d'énergies renouvelables à travers la  centrale électrique hybride de Hassi R'mel (100 Mw) et la centrale solaire pilote de Ghardaïa (1,1  Mw), auxquels s'ajoutent 22 stations électriques solaires d'une capacité de 343 Mw à travers 14  wilayas, dont 270 Mw qui sont déjà en service.

Dans ce cadre, un appel d'offre national et international va être lancé pour la production de  4.000 Mw d'électricité à partir de sources renouvelables avec un cahier des charges obligeant les investisseurs nationaux et étrangers de produire et d'assurer le montage local des équipements  industriels de production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les panneaux photovoltaïques.

Sonatrach-ENI: Une première centrale photovoltaïque pour l'alimentation électrique d'un champ pétrolier

Ouargla- Les travaux de réalisation de la première centrale photovoltaïque  dédiée à un champ pétrolier ont été lancés samedi par Sonatrach et son partenaire italien Eni pour  le gisement pétrolier de Bir Rebaa Nord (Ouargla), marquant le premier pas d'une transition vers   l'alimentation électrique d'origine solaire des champs pétroliers de la compagnie pétrolière  nationale.

Le P-dg de Sonatrach, M. Amine Mazouzi, et l'Administrateur délégué d'Eni, M. Claudio Descalzi,  ont procédé ensemble à la pose de la première pierre de cette centrale photovoltaïque afin de  produire une partie des besoins en électricité du champ pétrolier de Bir Rebaa Nord (BRN) opéré par  le groupement Sonatrach-Agip (Agip est une filiale d'Eni).

Il s'agit de la première centrale photovoltaïque conçue entre Sonatrach et Eni, un projet  stratégique dont le Pdg de la compagnie pétrolière nationale a affirmé devoir multiplier à travers  d'autres sites de production pétrolière afin d'économiser des volumes importants de gaz.

“Nous avons l'objectif de faire en sorte que tous les champs de Sonatrach fonctionneront à  l'énergie solaire”, a avancé M. Mazouzi lors d'un point de presse.

D'une capacité de 10 MW, la centrale de BRN utilisera près de 32.000 panneaux solaires et  s'étendra sur une superficie de 20 hectares mitoyenne à ce champ et permettra d'économiser  l'équivalent de 6 millions de m3 par an de gaz.

Par ailleurs, ce projet comprend aussi la mise en place à proximité de cette future centrale d'un  laboratoire de recherche “intelligent” dédié aux énergies renouvelables pour développer et tester de

nouvelles technologies renouvelables dans les conditions réelles, voire extrêmes du sud algérien.

S'inscrivant dans le cadre de la collaboration entre Eni et Sonatrach engagée par l'accord du 25  novembre 2016, ce projet concrétise la volonté des deux sociétés à coopérer également dans le  domaine de la promotion et de développement des énergies renouvelables.

A ce propos, M. Descalzi a indiqué que la coopération entre sa compagnie et Sonatrach, qui date depuis une cinquantaine d'années, revêtait une grande importance et comptait se renforcer davantage.

A cet effet, et symboliquement, l'Assemblée générale de cette compagnie italienne s'est tenue à  Ouargla en signe honorifique de cette coopération énergétique de longue date avec l'Algérie et de  par l'importance de ses investissements engagés dans le pays.

M. Descalzi a ainsi fait savoir que depuis 2010, la compagnie Eni a investi en Algérie onze (11)  milliards d'euros dans les énergies fossiles et renouvelables, ce qui représente 30% des  investissements de cette compagnie italienne à l'étranger, tout en soulignant que les négociations sur les prix arrangeant les deux parties se poursuivaient en ce qui concerne les exportations de gaz  de l'Algérie vers l'Italie.

Pour rappel, le Programme national de développement des énergies renouvelables engagé par les  pouvoirs publics prévoit une production d'ici à 2030 de 22.000 mégawatts d'électricité de sources renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 mégawatts (MW) supplémentaires à exporter.

Cet objectif permettra de réduire plus de 9% de la consommation d'énergie fossile à l'horizon  2030, d'économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit 63 milliards de dollars sur 20 ans.

Jusqu'à présent, le secteur a réalisé 400 Mw à partir d'énergies renouvelables à travers la  centrale électrique hybride de Hassi R'mel (100 Mw) et la centrale solaire pilote de Ghardaïa (1,1  Mw), auxquels s'ajoutent 22 stations électriques solaires d'une capacité de 343 Mw à travers 14  wilayas, dont 270 Mw qui sont déjà en service.

Dans ce cadre, un appel d'offre national et international va être lancé pour la production de  4.000 Mw d'électricité à partir de sources renouvelables avec un cahier des charges obligeant les

investisseurs nationaux et étrangers de produire et d'assurer le montage local des équipements  industriels de production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les panneaux photovoltaïques.

Source : APS : http://www.aps.dz/regions/54858-sonatrach-eni-pose-de-la-première-pierre-d-une-centrale-photovoltaïque-à-ouargla