14 May 2018
Français

Le gouvernement algérien table sur une économie de 42 milliards de dollars à travers l'exécution de son programme national de l'efficacité énergétique. Ces fonds dégagés pourraient être affectés au financement de projets de développement dans plusieurs localités du pays.

En Algérie et à l'exemple d'autres pays, l'efficacité énergétique permet d'économiser des fonds qui, traditionnellement, sont affectés à d'autres dépenses énergétiques. Pour le ministre algérien de l'Energie, Mustapha Guitouni, le programme national de l'efficacité énergétique permettra de dégager une économie de pas moins de 42 milliards de dollars. «Le gouvernement a tracé un programme ambitieux dont l'objectif est de réaliser l'économie de l'énergie qui atteindra 92 millions de tonnes d'équivalent de pétrole à l'horizon 2030, ce qui permettra l'économie de 42 milliards de dollars, à travers la réduction de 9% de la consommation de l'énergie, résultant de l'exécution du programme national de l'efficacité énergétique», a indiqué ce 15 mars, le ministre qui intervenait à l'ouverture de la Conférence nationale sur l'efficacité énergétique dans les collectivités locales, organisée par l'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (APRUE).

Les collectivités locales au cœur du programme

Pour le ministre algérien, les collectivités locales sont indispensables pour réussir l'exécution de cet ambitieux chantier. «80% de l'énergie produite est consommée au niveau des collectivités locales. C'est pour cela que, les collectivités locales et leurs gestionnaires sont les mieux placés et les plus proches pour sensibiliser les citoyens sur l'efficacité énergétique», a laissé entendre le ministre, convaincu que les décideurs locaux doivent travailler pour faire connaître la politique énergétique nationale au niveau local et prendre à cœur leur rôle dans la création et le développement du marché de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, en créant une dynamique et une activité au niveau local.

Les structures électives locales doivent également, selon Guitouni, poursuivre le travail sur la rationalisation de la consommation énergétique et la promotion des énergies renouvelables, «qui a des retombées bénéfiques pour la commune, comme la réduction de la facture d'énergie, la création de nouveaux  postes d'emploi ». Ces travaux permettront «à l'avenir de gérer au mieux la fragilité énergétique et donner l'opportunité aux collectivités locales de rediriger l'argent, pour financer des projets locaux», a ajouté le ministre algérien de l'Energie.

L'efficacité énergétique est une urgence en Algérie surtout avec l'augmentation de la demande intérieure en énergie et la baisse des prix des matières premières sur les marchés mondiaux. Selon Guitouni, cette dernière décennie, la demande en énergie a augmenté dans tous les secteurs d'activités du pays avec un taux de croissance de 6%. «Et cela est dû principalement à l'amélioration du niveau de vie des citoyens, l'augmentation du nombre de logements, et le rebondissement économique engendré par la réalisation de plusieurs projets structurels importants et dans tous les secteurs »

Source : La Tribune Afrique : https://afrique.latribune.fr/entreprises/industrie/energie-environnement...

Tags: 

Sponsors